Il est parti aux Philippines…puis il est revenu en France !

Rencontre avec Julien Vidal, qui est parti en Colombie puis en Philippines pour finalement revenir en France. Oui mais on vous rassure, il n’a pas fini dans une boite de conseil, bien au contraire…

Quelle était ta vie d’avant ?

Cela faisait 7 ans que j’étais à l’étranger. Après avoir terminé mes études en Écosse et voyagé pendant un an dans les pays autour de l’Océan pacifique, je me suis lancé dans l’aventure de la solidarité internationale. Grâce à la formule du VSI, je suis parti 2 ans en Colombie pour travailler à l’intégration des ex-guérilleros puis à nouveau 2 ans mais cette fois aux Philippines pour faciliter l’intégration socio-professionnelle des jeunes adultes exclus. Ces expériences ont été extraordinaires et je recommanderais à tout le monde de faire pareil au moins une fois. J’ai pu continuer à vivre à fond ma soif de voyage, de découvertes et de rencontres mais j’ai également pu toucher du doigt des réalités bien différentes de ce que j’avais pu connaître en France.
En effet, en vivant dans les zones pauvres de pays en « développement » on voit des choses qui ne peuvent que questionner notre manière de voir le confort ou encore la sécurité. J’y ai appris à vivre plus simplement, à donner plus d’importance à ceux qui m’entourent mais aussi à me rendre compte à quel point la France est un beau pays.

 

L’élément déclencheur ?

Après une si longue période à vadrouiller à droite et à gauche, j’ai commencé à sentir que j’avais le besoin de rentrer chez moi. La famille et les amis me manquaient et pour réussir à trouver un nouvel équilibre dans ma vie, j’avais envie de passer plus de temps avec eux. Et puis, en voyant de loin ce qui se passait en France, j’avais le sentiment que beaucoup de choses étaient en train de se jouer et qu’il y avait quelque chose à faire avec d’un côté, de plus en plus de personnes qui se referment et qui ont peur, et d’un autre, de plus en plus de personnes qui imaginent la société de demain et qui innovent pour un monde meilleur.
L’élément déclencheur, je l’ai vécu pendant des vacances au beau milieu de ma mission aux Philippines. Alors qu’il me restait un an à passer dans le pays, j’ai été pris de panique en pensant à ce que j’allais faire une fois de retour en France. J’entendais déjà les gens autour de moi qui allaient me dire que j’allais enfin pouvoir faire un « vrai » boulot car en France, il était difficile de faire bouger les choses car tout était bloqué par l’état et les grandes entreprises. Si au début, j’ai eu peur en m’imaginant retourner dans ce contexte anxiogène, c’est aussi grâce à ça que je me suis dit que non seulement je voulais travailler dans l’associatif pour continuer à avoir du sens dans mon travail, mais que je voulais aussi montrer que c’est à chaque instant qu’on peut faire bouger les choses à son échelle.

 

Et maintenant ?

Aujourd’hui, ça fait un peu plus de 7 mois que travaille pour une association qui s’appelle Unis-Cité et qui défend l’engagement citoyen chez les jeunes. J’ai également eu envie de lancer mon projet à côté pour devenir à mon tour « entrepreneur du changement ». Du coup, j’ai créé en septembre dernier un site web (www.cacommenceparmoi.org) sur lequel, je teste, tous les jours pendant un an, 365 manières de changer le monde à l’échelle de l’individu, pour montrer qu’il nous appartient à tous de faire bouger les choses à notre niveau, partout et tout le temps. Le fait d’entreprendre est quelque chose d’assez nouveau pour moi et c’est dans ma précédente expérience, aux Philippines avec l’ONG LP4Y, que j’ai vu à quel point aller jusqu’au bout de ses passions était vivifiant.
Avec « Ca Commence Par Moi », je sors complètement de ma zone de confort, car au-delà du rythme un peu fou d’un article à écrire par jour,  c’est surtout le fait de tout le temps analyser ma manière de vivre avec un regard critique qui me pousse à énormément me remettre en question, puis à aller chercher des réponses là où j’aurais pu repousser à plus tard si je n’avais pas eu le projet. Enfin, ce projet me permet de rencontrer presque tous les jours des gens extraordinaires, positifs et dynamiques qui ne restent pas les bras-croisés face aux défis de notre époque. Une belle source de motivation et un excellent moyen de recharger mes batteries pour continuer à me battre pour montrer que tout le monde a le pouvoir de changer le monde à son niveau.

 

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe