François : de La Défense…à Phnom Penh

 

Rencontre avec François Lefebvre, qui avait déjà en école de commerce le goût du large…Il n’a pas beaucoup attendu pour s’installer dans un pays assez loin de la France. Maintenant, le voilà à Phnom Penh, et il est ravi :).

Quelle était ta vie d’avant ?

Lorsque j’avais 24 ans, je faisais mon stage de fin d’étude de Master en Ecole de Commerce à Mazars en tant que charge événementiel à la Défense à Paris. Une fois termine en Janvier 2015, un choix s’est présenté a moi : Soit je décide « logiquement » de chercher un emploi en France soit je profite de peut-être ma dernière opportunité d’être encore réellement libre et de tenter une nouvelle expérience professionnelle à l’étranger. J’avais déjà eu la chance de faire des stages lors de mes études en Afrique du Sud et en Inde qui ont été globalement des expériences très positives et enrichissantes pour mon développement personnel.

 

L’élément déclencheur ?

Ensuite après l’étude des différentes possibilités, j’en ai conclu que l’Asie du Sud Est et notamment l’ancienne Indochine pour un Français représentait le plus grand nombre d’intérêts : Coût de la vie faible (confort de vie supérieur), fort taux de croissance (Environnement plein d’opportunités et stimulant pour de jeunes travailleurs actifs et ambitieux), important réseau expatrie français qui aide réellement au moins au départ à faciliter son intégration, nous sommes globalement bien vu et accueilli par la population locale.

Dans cette région, la ville la plus propice pour un jeune qui cherche un travail et des opportunités d’entreprendre était donc à mon avis Ho-Chi-Minh-City au Vietnam. J’y ai passé 5 mois, rencontre beaucoup de monde en peu de temps, de nombreuses pistes de travail, notamment lors des quasi quotidiens « Networking Event » ou l’on peut rencontrer de nombreux professionnels dans des secteurs très différents. Au bout de 2 mois j’ai travaillé pour une entreprise Vietnamienne en tant que commercial et au bout de 4 (le temps moyen de recherche estimée par la communauté expatrie pour un nouvel arrivant), j’ai trouvé vraiment le type d’emploi que je souhaitais : Project Manager pour l’organisation de la première Edition de l’Ultra Trail d’Angkor au Cambodge.

 

 

Et maintenant ?

J’ai ensuite refais un passage en France avant de revenir pour la 2nd édition en septembre dernier avec la détermination désormais de m’installer dans ce pays, qui comme le Vietnam est en plein développement et donc représente un peu « l’Eldorado » pour un jeune dynamique et ambitieux. Mon objectif étant de travailler de la façon la plus libre possible, sur des taches qui m’intéresse et dans un environnement positif, dynamique et stimulant.

Mon aventure désormais continue à Phnom Penh, ou je devrais continuer à travailler pour mon événement mais aussi désormais pour une autre entreprise afin de placer des stagiaires dans des entreprises au Cambodge.

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe