Ari était consultant en SI, il est devenu chanteur

Ari était consultant en SI. Sa vie ne lui déplaisait pas complètement. Mais un jour, il plaque tout et devient… chanteur-compositeur. Découvrez son clip qui donne la banane ci-dessous. « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un jour de votre vie ».

 

A quoi ressemblait votre vie d’avant ? 

Je suis diplômé d’une Ecole d’Ingénieur : l’INSA en Architecture des Systèmes d’Information. A la sortie de l’Ecole je ne me suis pas vraiment posé de questions. J’entendais partout que c’était la crise, que c’était difficile de trouver du travail. Alors j’ai un peu choisi la première opportunité qui m’est tombée dessus. J’ai été consultant SI pour une grande SSII française pendant 2 ans et demie.J’ai alors découvert le fameux « Métro, Boulot, Dodo ». La vie, je pense, que beaucoup de gens connaissent. Lutte contre le réveil, transports en commun bondés, se retrouver dans des bureaux, alterner ensuite entre tâches personnelles (production de documents, tests du SI, etc …), réunions d’équipes, comptes à rendre … Des journées souvent, longues, pesantes, stressantes. Alors pour me défouler, pour oublier, je dépensais beaucoup en sorties, en achat de toutes sortes.

Je pensais sincèrement être heureux, bien oui, je n’avais pas de quoi me plaindre quand même ? J’avais un CDI, une bonne situation financière, une bonne image en société, et puis faut bien manger …

Mais voilà, comme dans toute grande entreprise, les manières de faire sont déjà définies, avec en plus de cela un système hiérarchique pyramidale. Résultat j’avais le sentiment que ma créativité était bridée. Mais surtout j’avais des missions à remplir basées sur des objectifs qui ne faisaient pas écho chez moi. Psychologiquement, Il n y a rien de plus néfaste que de travailler pour des choses qui n’ont aucun sens pour vous.

Quel a été l’élément déclencheur ? 

C’est une série d’évènements et de constats qui m’ont amené à prendre ma décision. Je ne l’ai pas prise du jour au lendemain.

Premièrement, j’ai toujours eu plusieurs activités à côté de l’Ecole et du travail (Sport, Art, Création). J’ai depuis toujours fait de la musique, écrit, composé et chanté mes chansons. J’ai rencontré mon producteur actuel lors de ma première année en tant que consultant, qui m’a proposé de travailler sur mon premier album solo. J’ai accepté et malgré la charge de travail amenée par mon job, je n’ai jamais lâché mon projet musical.

Les autres éléments déclencheurs sont une série de constats. Ma famille me faisait remarquer qu’à la fin des journées de travail j’étais aigris, et effectivement, je pestais sur tout et n’importe quoi. Je n’arrivais plus à me lever le matin. J’avais envie de partir en vacances tout le temps. Je tombais souvent malade.

Après avoir cogité et compris que c’est quand j’ai la guitare à la main que je me sens vivant, j’ai tout mis en oeuvre pour préparer ma sortie au mieux et mis des sous de côtés pour pouvoir travailler pleinement sur ce projet qui m’anime.
Le 5 septembre 2014, je quittais mon poste.

994815_10151847257285890_885092931_n
Et maintenant ? 
J’écris, je compose, je crée pour les autres et pour moi, je fais des séances studio, réalise mes vidéos, fais des concerts, je rencontre de nouvelles personnes quasiment tous les jours. J’ai l’impression qu’en 6 mois j’ai plus appris qu’en 3 ans.
Malgré tout, je ne suis pas naïf, et je reste conscient de la réalité. Au fond, je ne sais pas où ce projet me mènera. C’est un projet artistique, je ne peux donc pas être certain que cela marchera. La seule chose dont je suis sûr c’est que si je ne m’en donne pas les moyens les belles choses n’arriveront jamais. Alors je travaille plus que quand j’étais ingénieur. Je dors même moins, mais je n’ai pas cette sensation pesante de fatigue que je ressentais auparavant. Confucius avait raison : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un jour de votre vie ».Aujourd’hui je suis chanceux, tout simplement parce que j’ai compris tôt ce qui me rend heureux. Ca, ça n’a pas de prix. La joie, ça ne s’achète pas.

Ari en musique, ça donne ça:

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe