Marion : « J’ai appris à respecter mes besoins pour mieux accompagner la satisfaction des besoins du plus grand nombre »

Ancienne consultante, Marion avait une situation matérielle très confortable. Elle a pourtant choisi d’écouter sa volonté d’engagement profonde, a sauté le pas, et se sent aujourd’hui bien plus épanouie en entreprise sociale.

 

Quel était ta vie d’avant ?

Après le bac, j’ai fait des choix sécuritaires qui me permettaient d’avoir un emploi, de l’argent et de développer des compétences pour rebondir en cas de difficultés. Je n’avais pas les moyens de faire une école de commerce mais j’ai réalisé un beau parcours à l’université, en parallèle de petits boulots puis d’un master II en alternance à Dauphine.

A moins de 30 ans, j’avais vécu en Angleterre, en Italie et en Chine. J’étais consultante en innovation et management dans un cabinet parisien, pour des clients en France et en Europe. Les missions étaient très stimulantes intellectuellement, je côtoyais des personnes brillantes, j’étais propriétaire, je partais en vacances à l’autre bout du monde sur un coup de tête.

 

L’élément déclencheur ?

Les attentats de Charlie Hebdo et la réaction de certains de mes proches m’ont profondément marqué : repli sur soi, peur et haine de l’autre. J’ai pris conscience que la vie était éphémère et fragile, que le vivre ensemble n’étaient pas acquis et qu’il fallait l’entretenir. J’ai eu envie d’aller plus loin que mes engagements bénévoles ponctuels et de m’impliquer pleinement pour des causes qui comptaient à mes yeux, tout en sortant de ma bulle dorée. J’ai entamé une réflexion sur les sujets qui me prenaient aux tripes et pour lesquels je voulais me battre mais aussi ce que je n’aimais pas dans ma vie pro, ce que je voulais changer, ce à quoi j’étais prête à renoncer.
J’ai choisi de m’orienter vers l’Economie Sociale et Solidaire et de découvrir des métiers plus opérationnels et plus concrets. J’ai postulé au Programme Associé On Purpose et j’ai été acceptée. Je travaillais au Groupe SOS la semaine, où j’ai pu améliorer mes compétences en développement d’activité, communication et découvrir les achats, tout en mettant à profit mes compétences en gestion et management pour contribuer à améliorer le fonctionnement des différents services de l’association Crescendo. Le vendredi après-midi, je participais aux formations hebdomadaires proposées par On Purpose. En parallèle, j’ai bénéficié pendant un an de l’accompagnement d’un mentor et d’un coach. Ceux-ci m’ont permis de progresser très rapidement, tout en identifiant plus finement mes points forts et ce vers quoi je voulais orienter ma carrière. Le Programme Associé m’a permis de sortir de ma zone de confort, dans un cadre bienveillant. Non seulement, j’ai pu approfondir ma connaissance de l’ESS mais j’ai surtout eu la chance de côtoyer des femmes et des hommes formidables, compétent·e·s et engagé·e·s.

 

Et maintenant ?

Après 2 ans ½ au Groupe SOS, je suis rentrée chez moi pour être responsable du développement de Mom’Bordeaux, pour le compte du réseau Mom’artre. Mon objectif est d’ouvrir 2 antennes d’ici septembre 2018 pour permettre une plus grande équité culturelle à destination des enfants de 6 à 11 ans, tout en permettant à leurs parents de concilier vie pro et vie perso, quellle que soient leurs moyens financiers. Je travaille donc pour un projet qui me parle : contribuer à l’épanouissement des enfants et des adultes, tout en permettant les rencontres, la mixité sociale. Ma vie est plus simple, j’ai renoncé à un certain confort matériel mais je suis plus épanouie. Grâce au travail d’introspection que nous effectuons avec le Programme Associé On Purpose, j’ai appris à lâcher prise, à me faire confiance et à respecter mes besoins pour mieux accompagner la satisfaction des besoins du plus grand nombre.

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe

A propos de

Commentaires

commentaires

Ils ont changé de vie