Du marketing d’enseigne au marketing qui protège et développe le patrimoine historique français.

Rencontre avec Marianne Goussard, passionée du patrimoine et qui souhaite faire revivre nos châteaux…!

Quelle était votre vie d’avant ?

J’ai travaillé pendant plus de 15 ans en marketing, sur des marques chargées d’histoire et sur le développement de gammes de produits de grande consommation, avant d’être appelée à travailler il y a quelques années sur le marketing et le développement d’une petite enseigne de 300 magasins en France.

Je ne m’ennuie pas… mais ma passion n’est pas là et je le sais depuis des années. Depuis l’adolescence en effet je suis tombée amoureuse des châteaux et je me suis toujours promis de « faire quelque chose pour eux ». Pourquoi cette passion ? D’où vient-elle ? Mystère.

Mais elle est là !

Il y a en France un patrimoine énorme, fantastique, qui a du mal à survivre. De nombreux châteaux, abbayes, monastères, manoirs, moulins se dégradent, et autour d’eux le tissu économique et social souffre, faute de savoir ou d’avoir réinventé comment vivre au XXI ème siècle, eux qui viennent parfois du XII ème…

Ce constat, je l’ai fait il y a longtemps, mais happée par mes premiers postes, passionnants eux aussi, je n’avais pas pu réfléchir à ce que je pouvais faire concrètement.

 

Quel a été l’élément déclencheur ?

En 2010 j’ai voulu reprendre des études pour compléter et élargir ma formation initiale. J’avais une maîtrise de droit, un DESS en marketing, plus de 10 ans d’expérience professionnelle, … mais je me disais que si je voulais envisager de changer de secteur, il fallait que j’ajoute une grosse corde à mon arc.

J’ai été admise à HEC, pour faire un Executive MBA, et j’ai choisi l’option Luxe, qui correspondait à mes envies et à mes rêves concernant les châteaux. Je ne savais ni comment ni quand, mais il fallait que je me donne les moyens d’y travailler un jour.

Dans le cadre de cette formation de 13 mois, que j’ai effectuée en parallèle de mon poste, le soir, le week-end et pendant tous mes congés, j’ai travaillé d’arrache-pied pendant les 6 derniers mois sur un audit complet puis un business plan complet à 7 ans sur un grand château très ancien en Normandie, Monument Historique classé et déjà un peu exploité mais trop faiblement en regard de son potentiel.

… Et j’ai obtenu l’une des meilleures notes de la promo quand j’ai présenté ce dossier, très atypique, qui tranchait au milieu des cas de sociétés industrielles ou dans le domaine des nouvelles technologies.

Peu à peu cela a commencé à se savoir parmi mes proches, les proches de mes proches, et mes collègues d’HEC, et j’ai été sollicitée pour réfléchir à l’avenir de plusieurs propriétés historiques.

Et puis, il  y a 2 ans, j’ai travaillé sur un business plan complet pour un château  près de Tours, qui était uniquement exploité jusque-là en chambres d’hôtes. Le futur propriétaire devait non seulement l’acquérir mais aussi y réaliser des travaux. La demande de financement, et le dossier complet d’exploitation, ont été présentés à la banque et ont été acceptés, malgré la frilosité ambiante pour tout ce qui concerne le tourisme et ce genre d’entreprise.

C’était une propriété au potentiel « qui dormait », que j’ai su identifier et valoriser à travers  plusieurs types d’activités, en m’appuyant à la fois sur ses caractéristiques intrinsèques et sur son contexte externe.

Finalement, c’est comme dans la Haute Couture, pour laquelle travaillait l’une de mes grands-mères, qui m’a beaucoup appris : il suffit de tirer un fil pour découvrir, imaginer, travailler, créer.

 

Et maintenant ?

Maintenant, je pense que tous les éléments sont réunis pour que je mette toutes mes compétences techniques, mon sens du client et ma créativité au service du patrimoine historique, sur un temps de plus en plus conséquent, et jusqu’au temps plein, à horizon 2 ans.

La plupart des propriétaires ou héritiers privés de demeures historiques, et les communes même sur lesquelles sont implantés ces biens, ne savent pas comment entretenir et rentabiliser leurs propriétés, qui génèrent des charges importantes.

Or il ne suffit pas de « trouver des financements » comme on l’entend le plus souvent. Le financement n’est qu’un pansement bien temporaire s’il n’y a pas de création de valeur derrière.

Le plus difficile est d’avoir un projet qui tienne la route, qui soit cohérent, pérenne, et travaillé en 360°, comme une entreprise à part entière.

C’est ce que je propose pour chaque propriété, avec différents niveaux de montages de dossiers possibles, et donc différents montants d‘honoraires.

Du simple avis au business plan complet, de l’accompagnement vers des avocats ou banques pour certains actes juridiques ou montages financiers à la mise en œuvre sur-mesure du plan d’actions, mes recommandations écrites et chiffrées s’appuient sur une étude in situ à chaque fois, sur mes compétences et mes expériences en marketing, satisfaction clients, stratégie d’entreprise et montage de plan de développement précis, mais aussi sur un réseau de partenaires dans les domaines financier, juridique, fiscal et communication.

 

Si vous souhaitez contacter Marianne et commencer à « penser » votre patrimoine architectural et historique différemment, c’est ici : [email protected]

 

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe