Amandine : « Beaucoup de clichés que nous avons sur le Japon sont vrais, mais la vie ici dépasse l’imagination. »

Rencontre avec Amandine, d’abord digital project manager, partie avec 3500€ en poche pour Tokyo, qui va commencer son tour du Japon en 80 jours…

 

Quelle était ta vie d’avant ?

A Paris, j’ai travaillé 2 ans pour une grande entreprise de consulting. Mon poste était Digital Project Manager au service Communication. J’étais alternante, étudiante en Master, et ce fut une bonne expérience, instructive et sans stress. L’ensemble de mes collègues semblaient apprécier l’environnement, une bonne cantine, un open space agréable, des tickets resto à quasi 10 euros et des apéros détendus toutes les semaines. En soit une routine calme et bien payée dont beaucoup rêvent. Une prison d’ennui, exténuante, pour moi.

 

L’élément déclencheur ?

Dans cette entreprise, le CM avait fait 3 ans à Hong Kong. Entendre son expérience avait commencé à faire germer en moi l’idée très floue, d’un jour, pourquoi pas, travailler en Asie.
Lors de mes derniers mois d’alternance, j’ai fait mon troisième voyage au Japon. J’y ai rencontré une Française qui y vivait, un peu par hasard, depuis 6 ans. Son histoire m’a touché et à mon retour en France, j’ai décidé de refuser les offres d’emplois à 40K par an qui m’étaient faites, laisser tout derrière moi et partir au Japon. Départ non planifié, j’avais 3500 euros en poche.

 

Et maintenant ?

Aujourd’hui cela fait plus de 3 ans que j’habite à Tokyo. 3 années qui semblent être une décennie. Beaucoup de clichés que nous avons sur le Japon sont vrais, mais la vie ici dépasse l’imagination.

Cette ville ne dort jamais. Quelle que soit l’heure ou le jour, il y a toujours des konbini (supérettes), karaoke, restaurants, Internet café et autres services d’ouvert. Dans certains quartiers la nuit ne tombe jamais, les néons restant continuellement allumés.
Au Japon, le travail, c’est la vie. En général, on a droit à 10 jours de congés payés par an, à prendre à des moments ne dérangeant pas l’entreprise. On fait des heures supplémentaires doublant notre quota horaire, qui ne sont d’ailleurs pas toujours payées. Ajouter à cela, des soirées avec alcool à volonté à n’en plus finir, pour renforcer les relations professionnelles. Le temps personnel se retrouve bien souvent limité à dormir et c’est pourquoi la mort par surmenage, « karoshi », est si réelle.

Dès mon arrivée à Tokyo, j’ai été recrutée en tant que Project Manager au sein d’une petite agence qui aide les étrangers à venir vivre au Japon. Au bout de quelques mois j’ai été promue French Market Leader, pour développer le marché francophone. Un an plus tard, j’étais nommée au poste de Marketing Manager et en un an, j’avais complètement construit le service et la stratégie marketing de l’entreprise. Tout en continuant à developper le marché français, créer des produits B2B et à m’occuper des recrutements. J’étais l’employée « star », celle à qui on demandait de tout faire car elle réussissait tout. Consciente de mes limites, j’ai vite demandé de l’aide, mais ces requêtes ont été ignorées, mois après mois repoussées à plus tard alors que les responsabilités qui m’étaient confiées continuaient à s’additionner. L’entreprise avait plus que doubler de taille depuis mon arrivée et on me demandait donc de continuer à travailler aussi dur, avec les même moyens, pour que cette belle croissance se poursuit. Et c’est ainsi, qu’à 27 ans, j’ai fait un burn-out.

Aujourd’hui, après 7 mois de repos, je vais mieux et me lance dans un projet, pour moi. Avec mon copain, video maker, nous allons faire un road trip en van autour du Japon pendant 3 mois pour filmer des documentaires. Le projet se nomme : Le tour du Japon en 80 jours. Cette série de mini-documentaires, disponibles sur Youtube, seront axés sur l’artisanat et les paysages ruraux du Japon.

Pourquoi ce projet ? Pour découvrir et ré-apprendre à aimer le Japon. C’est un pays incroyable, avec une culture riche, des paysages à couper le souffle et une cuisine délicieuse. Il s’y trouve bien plus qu’une mégalopole de personnes stressées et surmenées. C’est ça que j’ai envie de voir et de partager.

Je ne sais pas où ce nouveau voyage vas me mener mais je sais que je suis fière de l’entreprendre.

Si cette aventure vous intrigue, vous pouvez nous suivre sur :
Instagram : @LeTourDuJaponEn80Jours
Youtube : https://www.youtube.com/imrodolphe
Tumblr : www.letourdujaponen80jours.com

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe