Il était consultant en stratégie, il est devenu rappeur

Rencontre du troisième type avec Maeda, le consultant devenu rappeur…

 

A quoi ressemblait votre vie d’avant ?

C’est bien simple, ma vie d’avant ressemblait au stéréotype de celle du bon garçon bien sous tous rapports. Parents classiques, vie tranquille malgré quelques déboires, collège, lycée… J’étais bon dans toutes les matières, sans grande motivation. Pas beaucoup d’idées niveau études supérieures donc j’ai fait une prépa. Comme Papa et Maman. A Versailles de surcroit, le cliché. Ensuite, j’ai intégré une Grande Ecole de Commerce et suivi le mouvement. De stages en stages je me suis retrouvé à travailler en conseil à La Défense.

A partir de là, la spirale infernale est enclenchée. Le réveil sonne, déjà en retard. Puis le RER, blindé de monde. Prendre le suivant. Arriver un peu en retard en pressant le pas sur l’esplanade. Badger à l’entrée de la tour, le verre est glacé. Faire la queue pour l’ascenseur. S’installer à la seule place libre de l’open space. Allumer son ordinateur. Ouvrir Excel. Ouvrir PowerPoint. Bosser sur une propale. Rédiger un compte-rendu. Puis un autre. Et le reporting, très important aussi. Manger un sandwich infect à son bureau. Ne pas ouvrir YouTube ou Facebook sans jeter un coup d’œil furtif derrière soi, au cas où un chef passerait par là. Après-midi similaire au matin. Puis sortir boire un verre avec ses amis. Bizarre, on ne parle plus que d’augmentations, de carrière, de marketing, d’audit, de communication, éventuellement de telle ou telle soirée branchée dans tel ou tel endroit. Futile, superficiel, ridicule ? Peut-être. Ne pas rentrer trop tard. Dormir, oublier. Les jours sont tous pareils, gris et maussades.

 

Quel a été l’élément déclencheur ?

Pas d’élément déclencheur particulier. Plutôt un sentiment général de ne pas maîtriser grand-chose. D’être sur des rails de plomb. D’être ballotté par le destin, un peu comme Barry Lyndon. C’est venu progressivement, mais le moment où l’on en prend conscience est terrible. On se sent étranger à toute chose, on a l’impression d’être déconnecté, de se voir agir. En philosophie, on appellerait ça être frappé par l’absurde. De mon insatisfaction professionnelle a découlé un malaise global qui a déteint sur tous les aspects de ma vie.

J’ai toujours eu une certaine tendance réflexive, mais c’est véritablement en stage de césure, un an passé en conseil, que j’ai commencé à me dire qu’il fallait sérieusement trouver une échappatoire. J’ai commencé par écrire des scénarios de longs métrages avec un ami qui pensait un peu comme moi. Malheureusement ça n’a pas été bien loin. Je n’avais pas encore appris à concilier passion et travail. C’est finalement lors d’une année passée au Japon que j’ai eu le déclic. Je me suis mis à écrire, à faire du rap, sous le pseudonyme de Maeda, en hommage à Keiji Maeda, samouraï et artiste. De quelques lignes, je suis passé à un album entier. Après plus d’un an de travail en parallèle de mon métier, le premier album a vu le jour.

Maeda - Le Lion Estropié

Et maintenant ?

Le Lion Estropié, mon premier album studio, est sorti le 18 juin 2014 en téléchargement gratuit sur ma page Bandcamp et sur les plateformes de streaming Deezer et Spotify. Du rap atypique, un témoignage made in génération Y qui oscille entre pamphlet et poésie, avec une belle touche d’humour noir. Les thèmes abordés y sont variés, notamment le monde du travail, la religion, la quête de sens ou encore le besoin de s’élever face à un quotidien morose.

D’un point de vue personnel, ce projet original m’a offert une formidable catharsis. Plus les textes étaient durs, mieux je me sentais le lendemain. Ca m’a permis de mieux accepter mon quotidien tout en me donnant des objectifs concrets à réaliser, bien au-delà de la routine décrite plus haut.

Et j’ai fini par quitter La Défense pour travailler dans une plus petite structure. Pas de gros changements dans le fond, pour l’instant, mais j’arrive à garder du temps pour développer mes passions et je vis mieux, plus sereinement. Bien sûr, un second album est en préparation !

 

Clip « Le Clochard Peintre », extrait de l’album « Le Lion Estropié »


Pour télécharger gratuitement ses titres et pour suivre MaedaSite bandcamp / Facebook / Twitter

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe