Anne-Laure Mesguen, la bankeuse au grand coeur

Anne Laure Mesguen est la Présidente co-fondatrice de Benevolt.fr, la première plateforme web de bénévolat dédiée aux jeunes seniors (55 ans et +). La plateforme met en relation les jeunes seniors avec des associations et des startups sociales qui ont besoin de renfort bénévole. Elle permet de mettre en valeur la richesse des expériences personnelles et professionnelles des jeunes seniors en France via des profils consultables sur le site.

Découverte d’une ancienne bankeuse qui a décidé de mettre ses compétences au service de l’humain.

Quelle était votre vie d’avant ?

Originaire de Brest et nantaise d’adoption depuis près de 20 ans, j’ai tout d’abord fait un Master Banque et Finance à Dauphine. Maintenant petit flashback : nous sommes en avril 2016… date à laquelle j’ai quitté mon job dans une banque française, après 14 ans de loyaux services. “Ah la Finance !” me direz-vous, “Elle a bien raison de tout plaquer !” Sauf qu’en fait j’ai plutôt aimé mes différents job, avec de belles rencontres à la clé et une expérience professionnelle qui me sert vraiment aujourd’hui, même dans le monde de l’entrepreuneuriat social.

Le financement de l’économie et l’actionnariat des entreprises peuvent être des sujets vraiment passionnants et d’ailleurs quand on devient entrepreneur, on s’aperçoit que c’est un des piliers (entre-autres) nécessaire pour démarrer (pas de clients = pas de ressources au départ, il faut trouver des financements !).

Le problème c’est que malheureusement, le “financement” de la société a été progressivement remplacé ces dernières années par la “financiarisation” de l’économie, et on a perdu pied: un mot d’ordre “toujours plus” et surtout de plus en plus en dehors de l’économie réelle… La réduction des coûts liée à la crise financière et économique a aussi entraîné la centralisation de nombreuses fonctions dans les grandes entreprises et a réduit drastiquement le pouvoir de décision et l’autonomie des managers, tout en augmentant les demandes en tout genre de reporting afin de contrôler l’ensemble de la chaîne de production : moins sympa d’un coup comme job 🙂

 

L’élément déclencheur ?

Il y en a eu plusieurs. Déjà une prise de conscience liée à l’actualité. L’affaire Kerviel en janvier 2008, au cours de laquelle je me demande comment un ou des hommes peuvent en arriver là, puis la crise financière, et les attentats de Charlie en janvier 2015.

Je décide en avril 2015 que je veux changer de voie et me réaliser dans un projet professionnel porteur de sens, pour moi et pour la société.

Les thématiques qui me parlaient le plus étaient la transformation numérique et l’allongement de la durée de vie, un sujet encore peu abordé à l’époque. J’ai creusé ces sujets pour en arriver à une idée de plateforme pour aider les personnes qui souhaitent donner du temps à passer à l’action facilement. C’est un vrai enjeu : sur 80% des seniors qui souhaitent s’investir dans le bénévolat, seul 34% le font !

1 an plus tard, en avril 2016, j’ai fini par quitter mon entreprise, dans le cadre d’un plan de départ volontaire, pour travailler sur ce projet : Benevolt.fr. Je me suis formée pendant 3 mois au code informatique, puis j’ai intégré le Parcours Entrepreneur Ticket for Change en juillet 2016

Là aussi ça a été un vrai déclencheur : être accompagné en gestion de projet est tout simplement nécessaire et vital pour bien démarrer, et Ticket for Change a été un super accélérateur grâce à l’ensemble des contacts, mentors, réseaux mis à ma disposition en si peu de temps.

Mais au-delà, cela m’a aussi permis une vraie introspection, ça a profondément changé ma posture. Je me suis rendu compte qu’il fallait que je m’affranchisse de certaines peurs, et notamment du regard de l’autre, de la société, qu’il fallait m’assumer pleinement d’abord pour m’autoriser à porter mon projet avec le coeur.

 

Et maintenant ?

En octobre 2016 j’ai rencontré mon associée, Amélie, et on a lancé officiellement la plateforme en septembre 2017. Aujourd’hui plus de 100 benevolts nous ont rejoints ainsi que 90 associations partenaires dont le Téléthon, l’ADIE, la Ligue contre le Cancer ou encore Les Restos du Coeur. Près de 25 missions ont été réalisées ou  sont en cours.

Nous démarrons actuellement la communication dans notre région, en Pays de la Loire, mais l’objectif est un déploiement national du site web dès l’an prochain.

Ce que je retiens de mon parcours, c’est que ce n’est absolument pas une utopie d’aller vers un métier qui a du sens ! C’est de plus en plus une volonté d’une partie de ma génération de quarantenaires qui ne se réalisent pas forcément dans son travail, ou qui n’adhère pas au projet de leur entreprise. Certes il est souvent difficile de quitter son poste, son statut, une situation confortable, pour repartir à zéro, mais de plus en plus le font aujourd’hui. Et c’est aussi, et peut-être surtout un réveil générationnel, ce qui est une très bonne nouvelle !

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe

A propos de

Commentaires

commentaires

Ils ont changé de vie