Elle était consultante en management, elle a créé jemecasse.fr

Nouveau témoignage de fuite et rencontre avec Lyv, la fugueuse et blogueuse de jemecasse.fr. Après avoir fait ses armes en stage à la Défense, elle a fini par atterrir à la City. Elle nous raconte pourquoi elle s’est enfuie.

 

A quoi ressemblait votre vie d’avant ?

Après mes études de finance à Dauphine, j’ai décidé de me rebeller et me suis promise de ne jamais travailler en banque. A la place, j’ai cherché un emploi de consultante en management à Londres, une ville qui m’avait toujours attirée.

Deux mois après la fin des exams, j’étais embauchée chez l’un des Big 4 à Londres, en Graduate Programme.

Les deux premières années, j’ai énormément appris, et surtout, je me suis beaucoup amusée. L’environnement de travail anglo-saxon me plaisait. Il y avait un excellent équilibre entre l’efficacité au travail et la cordialité entre collègues.

Un jour, pourtant, je me suis posée une question que je ne m’étais jamais posée auparavant: est-ce la bonne voie pour moi? Nous étions à la veille des entretiens de promotion, et je réfléchissais à mes options au cas où je ne serais pas promue. Je partirais, c’était certain. Mais pour faire quoi?

J’ai eu la promotion, et même si l’idée vague que je n’étais peut être pas à ma place s’était installée, je n’y ai alors plus pensé.

Jusqu’au moment oú j’ai quitté les projets sympas pour bosser…avec des banques ! Travailler avec de si grosses institutions me donnait l’impression d’avoir peu d’impact. Et il est arrivé un moment où j’avais moins mon mot à dire sur les projets que je faisais, et où j’attendais le prochain avec impatience, espérant qu’il serait excitant et qu’il m’ouvrirait des voies dans des secteurs différents.

Même si l’ambiance était toujours bonne, j’enviais maintenant mes amis qui quittaient la boîte pour faire des métiers différents. La question ‘ce métier est-il fait pour moi?’ est revenue presque tous les jours pendant un an. A certains moments, je me disais que le métier fait pour moi n’existait pas. Ces moments étaient noirs et troublants car j’avais la sensation gênante d’avoir peu de pouvoir sur ma carrière.

 

Quel a été l’élément déclencheur?

Le jour où je me suis dit: ‘non, ce métier n’est pas fait pour moi’ est quand j’ai réalisé que je ne voulais pas ressembler à mes supérieurs. Le chemin qu’ils avaient suivi pour en arriver là, pavé d’évaluations et de luttes de pouvoir ne m’attirait pas. Certains, travaillant sur des projets loin de chez eux ne voyaient leur famille que le week-end.

Cela ne signifiait pas que ce chemin serait le même pour moi, mais je n’avais pas envie de courir le risque! J’ai su alors que je n’étais clairement pas à ma place.

Le jour où tout a basculé était un jour de juillet 2013. Au téléphone avec un ami, j’en avais assez de me plaindre et de ne pas savoir dans quelle direction aller. Je voulais partir, mais pour faire quoi? Je me rappelle avoir été frustrée ce jour là de ne pas être dans l’action, de contempler ma vie sans y participer. Alors je lui ai dit: « tu sais quoi, je vais écrire un blog, il va s’appeler ‘jemecasse.fr‘ et dessus je vais raconter comment je me suis cassée, et avec un peu de chance, j’entraînerai des gens avec moi ».

C’est ainsi  que ‘jemecasse.fr’ est né. J’ai commencé par faire des interviews de mes amis qui s’étaient cassés d’un boulot ou d’un pays. J’ai écrit des articles sur mon expérience, et quelques mois plus tard, en octobre 2013,… je me suis cassée ; )

 

A quoi ressemble votre vie aujourd’hui?

Aujourd’hui je vis à Paris, et neuf mois plus tard, après un long temps de réflexion et de transition, les choses se clarifient enfin.

J’ai deux projets principaux:

Le premier: développer ‘jemecasse.fr’ et en faire plus qu’un blog. Notre communauté grandit et nous organisons déjà des événements réguliers. Sur le blog nous parlons changement de carrière, création d’entreprise et changement de pays.

Le second: je me suis mise au code! Je n’aurais jamais anticipé ça, mais aujourd’hui, je me forme à être développeur et designer web. Je dis en rigolant que c’est « pour que mon plan B ne soit pas retourner à mon métier d’avant » mais au fond c’est parce que j’adore l’univers du web et j’aime avoir l’opportunité de bosser sur des projets innovants et intéressants, en plus du mien!

Avec ces deux projets, je retrouve l’équilibre entre mon côté créatif – avec l’écriture et le design web – et mon côté un peu plus structuré dans le développement d’une entreprise telle que ‘jemecasse’.

Finalement, ce n’est pas la City que j’ai laissée – j’adore Londres et je suis reconnaissante de tout ce que j’y ai appris –  mais un métier qui ne me ressemblait pas vraiment.

A tous ceux qui hésitent à sauter le pas: vous n’êtes pas seuls! Nous sommes nombreux à ne pas se sentir à notre place sans savoir vers quelle direction aller. Fuyons La Défense vous donne l’opportunité de tester des expériences tout à fait différentes. Saisissez-les! Au pire des cas, vous en apprendrez plus sur vous même.

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe