Isis : De salariée en startup à digital nomad

Rencontre avec Isis : d’abord en CDI dans le marketing, Isis vit en Bolivie avant de bientôt partir pour le Brésil, l’Argentique et le Mexique…Isis est fondatrice de LesNouveauxTravailleurs.fr.

Ma vie d’avant : Webmarketer en startup

J’ai connu La Défense six mois, pendant un stage de césure. Ca m’a suffit pour comprendre que je n’avais pas d’avenir épanouissant ici, ou plus particulièrement dans un grand groupe. J’avais un esprit trop entrepreneurial : mes initiatives sortaient trop de ma fiche de poste et j’étais trop “jeune et inexpérimentée” pour avoir le droit de contribuer réellement à l’innovation. Je me suis donc rabattue sur les startups, pour plus de polyvalence et de liberté d’initiatives. Je me suis spécialisée dans le marketing en milieu web : webmarketing, product management, gestion de projet web…

Mon premier élément déclencheur mène à mon rêve : devenir digital nomad

En janvier 2016, j’ai eu un premier élément déclencheur. Alors que je cherchais mon premier boulot, je me suis sentie emprisonnée. Mon rêve à ce moment-là aurait été de partir voyager et monter un projet de façon indépendante. Mais je ne savais pas comment m’y prendre et j’avais besoin de payer mon appartement à Paris. J’ai eu l’impression que ma seule issue dans cette situation était de trouver un emploi, pour obtenir un revenu rapidement.

 

La liberté est une de mes valeurs fondamentales, donc je déteste me sentir coincée. Ce sentiment m’a amenée à définir ma devise personnelle : “Vivre selon mes envies, pas mes contraintes”. J’ai donc commencé à me renseigner sur les moyens de devenir indépendante financièrement. Pour pouvoir CHOISIR de rejoindre une entreprise parce que j’en ai ENVIE, et pas parce que j’ai besoin d’argent. Ou bien choisir de ne pas la rejoindre, parce que j’ai le choix de faire autre chose, tout en ayant de l’argent quand même.

 

J’ai découvert qu’il existait des métiers -notamment blogueur professionnel- où l’on pouvait voyager toute l’année, tout en gagnant un revenu (grâce à des produits d’information). Une activité où l’on écrit, voyage, et gagne de l’argent ? C’était fait pour moi ! J’ai commencé à suivre une formation. Et devenir digital nomad est devenu mon objectif phare à trois ans.

Mon deuxième élément déclencheur me permet de trouver le sujet de mon blog

Construire un blog et sa communauté prend du temps. En parallèle de ma formation en ligne, j’ai donc malgré tout cherché un emploi. Mon premier boulot. J’ai été embauchée en CDI dans une jeune startup. Sa particularité : la moitié de l’effectif travaillait à distance depuis l’étranger. Forcément, ça me faisait rêver, je les enviais. Je ne comprenais pas pourquoi eux avaient le droit et pas moi, alors que mon métier (Webmarketeur) était compatible.

 

Je ne comprenais pas non plus pourquoi j’étais obligée de venir au bureau 100% du temps alors que 90% de mon temps de travail était autonome. Je ne comprenais pas en quoi c’était si gênant que j’arrive plus tard certains jours, alors que mes horaires n’avaient pas d’impact sur les autres personnes de l’équipe. Ou de partir plus tôt quand je n’avais plus de travail. A nouveau, je me suis sentie emprisonnée dans quelque chose qui ne me convenait pas.

 

Heureusement, la roue a tourné. Six mois après mon arrivée dans la boîte, mon manager a quitté l’entreprise et on a arrêté le contrat avec l’espace de coworking. Résultat : j’ai passé les cinq mois suivants en télétravail depuis chez moi. Ca a été très libérateur ! Je pouvais enfin organiser mon temps de la façon la plus pertinente et efficace, je ne subissais plus le métro, et j’avais un incroyable degré d’autonomie (car plus de manager). Je me suis dit que si c’était libérateur pour moi d’être travailleuse remote, ça pourrait l’être pour d’autres personnes. J’ai donc décidé de démocratiser les “nouveaux modes de travail” via mon blog, que j’ai appelé LesNouveauxTravailleurs.

De travailleuse remote à digital nomad : un an pour réaliser mon rêve

Etape 1 : de travailleuse remote à digital nomad locale

Devenir travailleuse remote (en télétravail à 100%) était déjà un super pas en avant pour mon épanouissement personnel. Mais est venu un moment où j’ai eu envie d’encore plus d’indépendance, et de mettre mon énergie sur les projets qui m’intéressaient le plus. J’ai quitté l’entreprise sous rupture conventionnelle pour me concentrer sur un projet de startup que je co-fondais depuis un an. J’avais rencontré mon associé pendant un Startup Weekend et avais adoré le projet et la personne. J’avais donc saisi cette opportunité, qui n’était pas prévue dans mon plan pour devenir digital nomad.

 

Mais finalement, ce projet intermédiaire a contribué à ce rêve de façon inattendue. Il m’a permis de :

  • Faire une transition douce entre le salariat et une activité complètement indépendante (ça me faisait moins peur d’être “indépendants à deux”).
  • Commencer une vie de “digital nomad locale” : mon associé et moi travaillions tantôt dans nos appartements, tantôt dans des cafés. C’était un premier pas vers le nomadisme digital.

Etape 2 : de digital nomad locale à digital nomade internationale

Fin 2017, j’ai décidé d’arrêter de m’impliquer dans le projet de startup, qui a continué sans moi. Je sentais qu’il était temps de faire un pas de plus vers mon rêve de devenir digital nomad internationale (voyager et travailler en même temps).

 

En janvier 2018, je me suis mise à 100% sur le blog LesNouveauxTravailleurs. En juin 2018, j’ai quitté mon appartement parisien, la France, et ma sédentarité. Un billet d’avion vers la Bolivie plus tard, je devenais digital nomad internationale.

 

Je voulais vivre cette aventure avec d’autres personnes alors j’ai décidé de rejoindre la communauté WifiTribe. Nous sommes une vingtaine à vivre, travailler, et explorer le pays ensemble. Le groupe change chaque mois, ainsi que le pays de résidence. J’ai atterri en Bolivie, et je vais poursuivre avec le Brésil, l’Argentine, le Mexique…

 

J’ai choisi de partir même si je ne gagnais pas encore ma vie avec le blog. Je savais que plusieurs mois étaient encore nécessaires pour construire la communauté. Je me suis dit “Quitte à travailler plusieurs mois sans gagner d’argent, autant le faire depuis l’Amérique Latine, ma destination rêvée depuis deux ans.” Je vis sur ce que j’ai épargné quand j’étais en CDI et je travaille à générer des revenus d’ici à ce que mes économies soient épuisées.

 

Vous pouvez suivre mes aventures de nomade digital sur Instagram. Pour les articles sur l’épanouissement professionnel et les nouveaux modes de travail (remote, nomadisme digital, slash, entreprise libérée), venez me rendre visite sur LesNouveauxTravailleurs.fr, et sur Facebook.

 

Vous avez une expérience ou un témoignage à partager ?
Racontez-nous ; on vous lit et on publie
Je participe